User Tools

Site Tools


charges_resistives_microcontroleur

Charges résistives sur un microcontroleur

Vous-vou êtes peut-être demandé un jour, comment commander une lampe à partir d'un bête microcontroleur (Atmel, Microchip) ? En effet, un microcontroleur débite une tension de ~5V sous 100mA (au max). Il est donc impossible de commander directement une lampe à partir d'un µC. Or, il existe ce que l'on appelle des triacs. Les triacs permettent de faire passer du courant par leurs bornes (notées G1 et G2) si une tension est appliquée à la gachette (G) de celui-ci.

On peut donc penser qu'il suffit de connecter une sortie d'µC vers cette gâchette et voilà, ca marchera. Hé ben non, il n'est pas du tout recommandé de connecter directement la gâchette d'un triac sur un µC (pour ceux qui on toujours pas compris, µC veut dire microcontroleur). En effet, il est vivement recommander de séparer les circuits dits logiques (5VDC) des circuits dits de puissance (230VAC). Imaginons que le triac pète et qu'une connexion se fait entre la gâchette et G1/G2 (qui elles, sont généralement connectées à des circuits d'haut courant), et ben dites au revoir à votre µC et toute son électronique associée. Qui plus est, imaginons que vous touchiez à ce moment le circuit basse puissance. Dans le pire des cas, au revoir.

Il faut donc séparer les circuits de puissance et logiques. Pour cela, on va utiliser un opto-triac (semblable à un optocoupleur). Un opto-triac (comme le MOC3041) permet de séparer deux circuits. Il contient dedans une LED et un recepteur. Entre les deux rien, de l'air. Quand l'optotriac est commandé, sa led interne s'allume et commande sa sortie. Elle-même commande le triac. De cette manière, pas de problème en cas de rupture du triac ou de l'optotriac.

A TERMINER….

Discussion

Enter your comment. Wiki syntax is allowed:
TCFBQ
 
charges_resistives_microcontroleur.txt · Last modified: 2011/12/26 20:51 (external edit)